Quel est l’historique du service de téléchargement gratuit de musique Limewire ?

C’est quoi Limewire ? Autrefois l’un des services de partage de fichiers les plus populaires, LimeWire a fourni gratuitement le partage peer to peer pendant 10 ans jusqu’à sa fermeture par les autorités américaines en 2010. Pendant la durée de son activité, LimeWire est devenu une suite logicielle indispensable pour le téléchargement illégal de musique, de films, de jeux vidéo et de logiciels gratuits.

L’évolution de LimeWire

LimeWire est apparu un an après la fondation de Napster, un programme similaire qui ne supportait que les téléchargements MP3. Non seulement LimeWire permettait aux utilisateurs de partager de la musique, des vidéos et des logiciels, mais dans la mesure il s’appuyait également sur Java Virtual Machine, il pouvait être utilisé sur presque tous les systèmes d’exploitation.

A lire aussi : Papystreaming la plateforme qui facilite le streaming de films gratuits

Le partage de fichiers P2P

Depuis la fin des années 90, la méthode la plus populaire pour obtenir des téléchargements de musique gratuits est le partage de fichiers P2P (peer-to-peer). Le partage P2P permet le “partage” de fichiers entre deux ou plusieurs personnes connectées au même réseau. En assignant simplement certains répertoires de votre ordinateur au réseau, vous pouvez permettre à d’autres personnes de télécharger vos fichiers multimédias et de vous aider vous-même dans les fichiers d’autres répertoires.

Les caractéristiques de LimeWire

LimeWire a traité ses opérations de partage de fichiers via Gnutella, un réseau peer-to-peer décentralisé. Il offre également un support pour les torrents, qui sont des fichiers de métadonnées contenant l’emplacement de minuscules morceaux d’informations qui peuvent ensuite être assemblés en un seul fichier cible. Grâce au réseau Gnutella ou aux torrents, les utilisateurs ont pu partager une variété de types de fichiers, notamment :

  • les fichiers MP3/Musique,
  • le vidéos AVI/MPEG,
  • les images JPEG/BMP,
  • les documents DOC/TXT,
  • les logiciels EXE.

A lire aussi : L’histoire cachée derrière donkey kong arcade.

Les mises à jour de LimeWire

Au fil des ans, les développeurs de LimeWire ont incorporé une pléthore de fonctions supplémentaires dans le logiciel, y compris la possibilité d’effectuer des transferts de pare-feu à pare-feu, ainsi qu’un traqueur de virus, un outil de mise à jour automatique du firmware et une clé d’activation pour la version “Pro”. D’autres améliorations ont été apportées, en autres :

  • le filtrage de contenu,
  • l’amélioration de la gestion des tâches,
  • les résultats de recherche améliorés,
  • les filtres anti-spam,
  • les traductions améliorées,
  • la réduction des erreurs UDP,
  • la prise en charge des couleurs de thème,
  • la meilleure correspondance des requêtes XML,
  • les téléchargements optimisés.

Les alternatives

La popularité de LimeWire a conduit au développement de nombreux spawns, dont LionShare, FrostWire et LimeWire Pirate Edition. Ce dernier est apparu en novembre 2010 par un individu anonyme affligé par l’action en justice intentée contre LimeWire. Beaucoup l’utilisent encore aujourd’hui, bien qu’il n’ait été ajusté sous aucune forme depuis sa sortie initiale.

A lire aussi : L’histoire de League of legend

Comment LimeWire a-t-il fonctionné ?

LimeWire a hébergé une interface extrêmement conviviale qui a permis à toutes personnes, même les plus illettrées en informatique, de participer.

LimeWire Pro

Alors que la plupart des gens ont profité de LimeWire gratuitement, certains ont choisi de s’abonner à LimeWire Pro pour une somme modique. La version Pro offrait des téléchargements plus rapides et des résultats de recherche améliorés.

La fin d’une époque

Bien que LimeWire ait spécifiquement averti les utilisateurs que son logiciel n’a pas été conçu pour le téléchargement et le partage illégaux de documents écrits, la plupart des utilisateurs ont complètement ignoré cet avertissement. Cette situation a fini par entraîner la fin du programme.

Arista Records LLC contre Lime Group LLC

En 2010, 13 maisons de disques dirigées par Arista Records et la Recording Industry Association of America (RIAA) ont poursuivi les fondateurs de LimeWire, le Lime Group LLC, au motif que leur produit, LimeWire, favorisait la violation du copyright. Le 12 mai 2010, le juge Kimba M. Wood a rendu une décision contre LimeWire et a émis une injonction exigeant que “la fonctionnalité de recherche, de chargement, de téléchargement, d’échange et / ou de distribution de fichiers, et / ou toutes les fonctionnalités” de LimeWire soit désactivée.

Les conséquences

Environ un an après le jugement, le propriétaire principal de LimeWire, Mark Gorton, s’est entendu à l’amiable avec RIAA pour 10,5 millions de dollars pour les 9 715 morceaux de musique piratés par son application logicielle. Malgré l’immense victoire de la RIAA, le téléchargement de musique gratuite se poursuit encore aujourd’hui avec d’autres services similaires.

Les conséquences sur le téléchargement de musique gratuit

De nombreuses autres suites logicielles ont depuis pris la place de LimeWire. La décision de les utiliser pour acquérir illégalement de la musique libre demeure le choix de l’individu malgré tout. Les risques de cette activité illégale sont toutefois réels, car la RIAA a, au fil des ans, intenté des milliers de poursuites contre des individus qui utilisent des réseaux de partage de fichiers pour échanger de la musique protégée.

Leave a comment

Your email address will not be published.


*