MAMMUTH – Un film touchant avec Gérard Depardieu

mammuth le film

Il y des films qui savent déjouer les pièges les plus évidents. Mammuth fait parti de ceux-la. Cette production cinématographique française étonne. Réalisée par « No money production » (Benoit DELEPINE et Gustave KERVEN). Mammuth aura fait des émules au festival de cinéma de Berlin en 2010.

Le fim  relate les premiers pas hésitants d’un sexagénaire à l’aube de sa nouvelle vie de retraité.

Serge Pilardosse aka Mammuth (interprété par Gérard Depardieu) à 60 ans. Il doit quitter son poste de boucher à l’abattoir qui l’aura fait vivre modestement pendant 10 ans et ainsi franchir le cap difficile d’une nouvelle vie sans travail qui lui semble bien monotone.

L’heure fatidique sonne et les complications commencent. Il rentre chez lui abasourdi par cette épreuve et tourne en rond comme un poisson dans son bocal.

On fait quoi en retraite ?

Vivotant avec sa femme Catherine – incarnée par la géniale Yolande Moreau – alors caissière dans un supermarché du coin. Ce couple mène une vie simple oscillant entre crédits et ptites économies.

Rapidement, le manque de moyen et la petite retraite pousseront le monstre au coeur d’éléphant vers son passé oublié, à la recherche d’anciennes fiches de salaires qui consolideront le maigre pécule accumulé durant toutes ces années.

Cela pour justifier, auprès d’une administration kafkaïenne, un parcours professionnel en dent de scie effacé par les années.

Enfourchant seul sa vielle bécane, Mammuth redécouvre alors la vie libre, la France et la trace de ses anciens copains. Il croisera aussi quelques vielles connaissances familiales qu’il n’aura plus fréquenté depuis très longtemps. Ce voyage en deux roues est surtout l’occasion pour notre héros de mener une quête intérieure qui n’est pas sans péripéties.

Un film sur les gens en France

Si Mammuth surprends par sa tendresse, il dresse aussi un panorama sociologique des énergumènes que l’on peut croiser aux quatre coins de l’hexagone, à la station essence ou dans le rayon fromage de son épicier préféré. Bien évidement, Mammuth rencontrera un paquet de connards, du genre de ceux qui pourraient l’aider, mais qui par jalousie, par bêtise ou simple méchanceté n’en feront rien, rendant ainsi sa nouvelle vie de vieux presque impossible, mais pas que.

Mammuth au travers de ce voyage redécouvre aussi qui il est vraiment et ce film évoque ce renouveau. Le grand gaillard aime les choses simples et les petits plaisirs de la vie.

Un rôle taillé sur mesure

Comme à son habitude, nous retrouvons un Gérard Depardieu fidèle à lui même. On peut ne pas/plus aimer le personnage depuis ses dernières frasques belgorusses, mais Gérard reste Gérard.

Obélix incarne le rôle à merveille. L’homme est à l’aise dans un costume que l’on croirait taillé sur mesure, vague et perdu dans une vie trop étroite pour lui. Il coure après le temps et explore son passé à la manière d’un Broken Flower. L’œuvre lui va comme un gant et le récit semble presque autobiographique.

Pour résumer : Mammuth relate l’histoire d’un homme simple, un grand timide qui n’a jamais rien demandé et qui n’a jamais rien reçu si ce n’est quelques sacrés coups dans la figure. L’histoire d’un homme qui s’est toujours débrouillé comme il l’a pu. Mammuth c’est l’histoire touchante de beaucoup de gens en somme.

Mammuth, c’est peut-être bien nous demain. Alors, méfions-nous et avançons lentement mais surement, pour peu que la retraite existe encore, notre heure viendra peut-être.


Leave a comment

Your email address will not be published.


*