Paris en guerre d’Algérie – exposition rétrospective

Le comité d’histoire de la ville de Paris propose à l’occasion du 50ème anniversaire de la guerre d’Algérie, une rétrospective sur ces années troublées de l’histoire française.

L’exposition retrace la période dans son ensemble en y incluant les années d’avant-guerre jusqu’à l’indépendance Algérienne.

Le constat se trouve ainsi élargi et cela nous permets de mieux comprendre ce qui se passait à Paris pendant ces années. Comment les habitants de France (Français et Algériens) ont vécus le conflit ? Chacun à leur manière car si pour certains la guerre était lointaine (car pas en France), pour d’autres, cette guerre faisait bien partie de leur quotidien. Au dire des exposants, il semblerait même que certains parisiens y soit passés à côté.

affiche paris algérie

En effet, quelques familles vivaient en dehors du conflit et cela peut se comprendre, la guerre ayant été relativement peu relayée par les médias de masse à l’époque. elle ne passionnera pas toutes les foules, ni la rue. Les grands médias ayant des penchants pervers pour Hollywood et pour ce qui s’y passe.. (le prince Rainier qui se marie avec Grâce Kelly..).

Paris en guerre d'Algérie - rétrospective cordeliers

A partir de 1954, des recrutements de masse attirent de nombreux Algériens qui viennent aider la France à se reconstruire et ce sont ces mêmes Algériens qui seront suspectés quelques temps après au fil que la guerre s’intensifiera.

Puis s’ensuit des contrôles de police de plus en plus fréquents (période Papon)  et systématiques contre les immigrés. La division se fait alors plus nette entre les Français et les Algériens de Paris au fur et à mesure que le FLN et l’armée française se combattent et s’affirment à travers le conflit. Même si tous les Algériens ne sont pas à Paris  pour travailler et que certains apprécient la vie à la française ( et les françaises –  les mariages entre Algériens et française se faisant nombreux), une chose est sure, ils ne peuvent passer à côté du conflit et une nouvelle génération est en train d’émerger. celle liée au conflit.

Puis Paris, deviendra un front de lutte du conflit, la capitale d’un empire colonial en déclin. De nombreuses manifestations auront lieu dans la ville à cette période, les Algériens luttant pour leurs droits, et la police tirera sur les manifestants à plusieurs reprises..

Enfin, l’exposition pose la question de la fin supposée de la guerre d’Algérie (accords d’Evian ? / mai 68.. ?)

Cette belle exposition fait honneur au devoir de mémoire et se situe au réfectoire des Cordeliers – 15 rue de l’école de médecine – Paris – 75006 du 07 au 10 janvier 2013.

L’entrée est gratuite et c’est ouvert tous les jours de 11h à 19h avec une nocturne le jeudi jusqu’à 20h 30.

Les explications sont fouillées et les témoignages vidéos assez éloquents. Vous pouvez même repartir avec un petit livre « le droit à la désobéissance » offert en fin de visite.

le droit de désobéïssance

Leave a comment

Your email address will not be published.


*