De l’art d’être radin ou de consommer autrement.

vivre des bons de reductions

Mathieu Laurette est un drôle de luron, cet artiste qui dans les années 90 et par le biais d’un astucieux pied de nez à la société de consommation aura réussi à faire son trou dans le milieu très fermé de l’art contemporain jusqu’à avoir sa place au centre Georges Pompidou à Paris.

Hacker le système capitaliste grâce au coupons de réduction

Mathieu Laurette est-ce que l’on peut qualifier de hacker social, il trouve une faille dans le système et s’y introduit pour en produire une rupture qui va elle-même générer d’autres failles. Cette rupture, il l’a trouvé dans les coupons de réductions.

matthieu laurette

L’art de consommer autrement

Utiliser les coupons de réduction pour faire ses courses, ce n’est pas être radin, c’est profiter des failles du système en se moquant des grandes entreprises (qui nous le rendent bien). Voici le postulat de départ de l’artiste français. En tant que bon jusqu’au-boutiste, il va pousser la concept jusque dans ses limites tant est si bien qu’il ne dépensera plus un seul centime pour acheter ses produits au supermarché (ou ailleurs).

bon de réduction

Les bons de réductions et le tout gratuit

Voilà son crédo, c’est astucieux et c’est assez drôle. Au final, il lui faudra quand même une sacrée dose d’organisation pour arriver à ses fins (je n’ose même pas imaginer le tableau Excel..) et se faire connaître mais, le bougre a réussi et nul doute qu’il finira au Panthéon des piques-assiettes.

vivons remboursés

Jouer avec le star system

D’autres faits d’armes ?? Mathieu aime jouer avec les comportements et se moquer des bonnes affaires mais, il s’est attaqué aussi au star-system. En effet, lors de ces performances, vernissages ou apparitions, le malicieux convoquera des sosies de stars supers connues comme Jennifer Aniston où Salvador Dali et contemplera l’air ébahi des gogos en train de siroter leur muscat dans un gobelet en plastique bien trop chaud lors de pompeux vernissages.. (mais, après quelques verres on ne sent plus vraiment la différence n’est-ce pas ?)

Bref, vous le savez désormais vivre sans argent, c’est possible, il faut juste un maximum d’organisation et beaucoup de temps libre. En attendant, vous pouvez toujours me faire un don. Ça me permettra de faire tourner cette auberge un peu plus longtemps.

 

Leave a comment

Your email address will not be published.


*